Préparer son sac pour un road trip

La classe à Dallas ! Je n’en ai pas beaucoup parlé sur le blog, voire même pas du tout, car nous avions laissé notre vie digitale un peu de côté pendant l’été : je suis partie faire un road trip au Pérou et mon seul bagage a été un sac à dos de 6kg pour 2 semaines et demi de découvertes passionnantes ! J’avais envie de partager avec vous le contenu de ce sac, qui vous donnera peut-être quelques idées pour partir, tout en style, en vacances à l’arrache. Votre mec sera heureux de savoir qu’il est possible de se passer d’une valise de 55kg dès qu’il est question de voyager, parce que vous ne savez pas quelle occasion va se présenter, et parce que vous hésitez entre le pull à rayures verticales ou celui à rayures horizontales (vous savez très bien ce que j’insinue par là) ! Parce qu’à moi aussi c’est ma phobie, ces filles qui ne savent pas partir sans emmener leur armoire avec elles et qui pignent au premier escalier de métro pour qu’on les aide à porter ce fardeau Toi même tu sais, comme on dit !

 

Etape 1 : choisir le sac

Je ne vous apprends rien, j’en ai conscience, mais trouver un sac à dos de randonnée joli a été un calvaire pour moi ! Hors de question d’acheter un tas de sangles « girly » parce qu’à couleurs flashy. J’ai retourné le monde de l’internet dans tous les sens pour trouver quelque chose d’assez rétro et typé « je suis la nouvelle Indiana Jones », mais avec un bon confort de soutien en cas de longues marches. J’ai fini par trouver mon bonheur à un prix « raisonnable » chez la marque Fjallraven. A savoir qu’un EastPack de base fait environ 25L (c’est quand même juste), mon choix s’est tourné pour un sac à dos de 30L avec des poches faciles d’accès. Ca vous donne une idée de la taille. J’avais aussi repéré celui-ci mais je pense qu’il aurait été trop petit et moins confortable. J’ai aussi emmené 1 tout petit sac à bandoulière pour garder toujours mon passeport à porter de main, avec mes sous et les papiers importants du voyage. Idéal pour les journées sans le sac à dos.

 

Etape 2 : l’indispensable pour le Pérou

Cette partie est facultative, puisqu’elle dépend de votre destination. Le Pérou ayant de belles variations de températures telles que 25° la journée pour 5° la nuit et certaines villes sont en plein désert quand d’autres sont dans des zones à climats carrément humides et tropicaux, j’ai été obligée de prévoir des vêtements de survie invariablement laids mais indispensables : polaire, chaussures de marche, imperméable de poche C’est pourquoi j’y ai mis le moins d’argent possible ! La nuit tombe également très vite, aux alentours de 18h, et la lampe de poche m’a sauvé la vie bien des fois, ne serait-ce que pour trouver les toilettes à l’extérieur des maisons, ou descendre une montagne après avoir admiré le soleil couchant

 

Etape 3 : les vêtements cools et accessoires

Là aussi, tout dépend bien évidemment de votre destination, mais il est important de respecter un minimum les codes vestimentaires des locaux (souvent énoncés dans les guides). Comme en Inde, ou en Afrique, au Pérou on évite de s’exhiber. Ce n’est donc pas pour ce voyage qu’on emmène le petit top sans bretelles acheté la semaine d’avant, ou le super mini-short effet vintage. Non : on se couvre les épaules, et on choisit des pantalons. Si les chiffres vous intéressent, sachez que je n’ai croisé que 2 filles péruviennes en « mini-jupe » (clairement cataloguées sluts du quartier), et 7 femmes en jupe/robe longue. Certaines écoles ont des uniformes « jogging », d’autres jupes très longues pour les filles. Tout le reste de la population est en jean, ou en jupes traditionnelles suffisamment longues et cachant de multiples épaisseurs qui font qu’on ne voit rien de leur véritable silhouette. On se fond donc dans le paysage, et on évite de passer pour la mièvre petit occidentale qui ne se soucie pas de se renseigner sur les mœurs du pays ! J’ai emmené 1 jean slim noir et 3 leggings (ca ne prend pas de place et ca ne pèse rien), que j’ai associés à 5 tee-shirts. Le tout a été de m’assurer que toutes les pièces soient combinables entre elles, pour plus de facilité (et le pyjama est aussi compris dans ce calcul). J’ai ajouté 1 gilet chaud, 1 veste pour les températures entre-deux et 1 paire de chaussures rigolotes (et totalement dans le thème) qui donnent un petit accent à la tenue. Je n’ai pas emmené beaucoup d’accessoires, que des choses fortes visuellement : 1 énorme fleur rouge spécial chignon et 1 collier Santa Cara (que je vous avais présenté ici) qui habillent n’importe quelle tenue basique. Et histoire d’aller jusqu’au bout, 5 culottes, 5 paires de chaussettes (+1 d’hiver très utiles lors de nuits froides dans des chambres absolument pas isolées), 3 soutien-gorges.
Je dois quand même confesser que m’habiller pareil pendant près de 3 semaines a fait que j’ai eu envie de brûler tous ces vêtements à mon retour

 

Etape 4 : la trousse de toilette

Difficile à alléger sur les produits du quotidien, mais easy sur le maquillage ! Lunettes et produit lentilles étaient inévitables, ainsi que le combo brosse à dents (pliable pour plus de place) et dentifrice. J’ai aussi choisi 1 gel douche-shampoing 2 en 1 au monoï pour sentir bon. J’ai optimisé en passant par la case épilation l’avant-veille du départ, histoire d’être tranquille sur place, même si 2 semaines et demi c’était très limite Mon déodorant à la pierre d’alun m’a également sauvé la vie, alors que je ne l’imaginais pas : un bouton de fièvre a fait irruption en plein milieu du séjour, et impossible de trouver la moindre crème contre ça (je ne parle pas un mot d’espagnol et mon cas semblait dépasser les quelques pharmacies que j’ai vues), la pierre d’alun a été extrêmement efficace contre le problème ! J’ai également emmené la crème hydratante la plus riche de ma salle de bain présentée par Virginie cet hiver  pour pouvoir l’utiliser sur tout le corps. J’ai une peau très sèche qui a tendance à mal vivre les voyages (air conditionné des bus ou de l’avion, changement d’eau trop fréquent, soleil). Enfin, j’ai profité de l’optimisation des serviettes Nabaiji ultra fines et absorbantes sans prendre la moindre place. Je vous les recommande !
Côté maquillage, simple et efficace : 1 mascara marron qui part facilement pendant la douche et 1 blush crème qui réhausse le teint (aussi présenté par Virginie cet été).  C’est tout !!

 

Etape 5 : la trousse à pharmacie

Que nous avons perdue le jour même où nous en avions besoin à cause d’une intoxication alimentaire violente. Si ca c’est pas de la chance Le strict nécessaire : quelques sachets de smecta, des anti-nausée, 1 boite de dolipranes , un peu de désinfectants et des pansements. N’oubliez pas de prendre vos ordonnances en cas de traitement particulier (Captain obvious).

 

Etape 6 : les loisirs

Parce qu’il faut toujours s’occuper, j’ai aussi emmené un cahier pour gribouiller, un livre court à lire, un petit livret de mots fléchés et mon iPhone pour prendre des photos, zoner sur l’internet et écouter de la musique. Pas de superflu, s’il vous plait ! Cet article est beaucoup plus long que d’habitude mais j’espère qu’il vous sera utile ! Je me suis beaucoup amusée à « brainstormer » le contenu de mon sac avant de partir et j’ai été bien aidée par l’application iPhone Visual travel checklist, qui permet de créer des listes visuelles de tout ce qu’il faut penser faire et emporter pour un voyage. Bon et maintenant trêve de plaisanterie, vous vous demandez sûrement à quoi ressemblait mon voyage non ? Pour encore plus de détail, n’hésitez pas à visiter mon blog personnel, axé Japon, voyage et culture.

Laisser un commentaire